Contrôle des bernaches du Canada et protection de la faune à l’Île-des-Moulins et l’Île Saint-Jean

Ne pas nourrir les animaux

Il est demandé aux citoyens et visiteurs de ne pas nourrir les animaux sauvages (bernaches, canards, écureuils, hérons, pigeons, etc.), car ils :

L’objectif est d’éviter de rendre disponible de la nourriture aux animaux, ce qui contribue à leur surpopulation.

Contrôle des bernaches

À compter d’avril, et pendant plusieurs semaines, des techniciens et biologistes spécialisés en gestion de la faune utiliseront diverses méthodes pour encadrer la population de bernaches du Canada présente sur l’Île-des-Moulins et l’île Saint-Jean.

Celles-ci incluent le contrôle des éclosions ainsi que l’effarouchement à l’aide d’un chien de travail et d’engins téléguidés. Un permis du Service canadien de la faune a été délivré pour exécuter les travaux. Des interventions de sensibilisation auprès de la population auront également lieu dans le but de :

L’Île-des-Moulins et l’île Saint-Jean sont des endroits de choix pour cet oiseau, notamment parce que la situation géographique du parc au milieu de la rivière des Mille Îles leur facilite l’accès et qu’il y trouve des sites propices à la nidification, des aires gazonnées pour s’alimenter, des étendues d’eau pour élever sa progéniture et qu’il y a très peu de prédateurs. Entre la mi-juin et la fin juillet, lors de la période d’inaptitude au vol des oisons, ces oies migratrices se trouvent en très grand nombre à ces endroits.

Le surpeuplement de cette espèce dans un secteur restreint peut entraîner la dégradation de l’habitat, a comme conséquence d’encombrer ces espaces, en plus de causer un dérangement auprès des visiteurs en raison de son comportement parfois agressif pendant la période de reproduction.

Interdiction de pêcher

Un rappel qu’il est interdit de pêcher du 1er avril au 30 juin dans le sanctuaire de la rivière des Mille Îles, situé entre le pont de l’autoroute 25 et le pont du Canadien Pacifique, sous peine de vous exposer à une situation d’infraction menant à des amendes pécuniaires et la saisie potentielle de votre matériel de pêche par les agents de protection de la faune.

Le sanctuaire est reconnu pour sa grande reproduction de poissons et sa diversité d’espèces, dont l’achigan, le brochet, la barbotte, la barbue de rivière, l’esturgeon, le chevalier cuivré et la perchaude. Après le 30 juin, il sera possible de pêcher les poissons qui ne sont pas touchés par un moratoire. Toutefois, il est interdit en tout temps de pêcher le chevalier cuivré. Consultez le site du Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs pour plus de détails.

Si vous êtes témoin d’un acte de braconnage ou de tout geste allant à l’encontre de la faune ou de ses habitats, rapportez-le à un agent de protection de la faune en communiquant avec SOS Braconnage – Urgence faune sauvage par téléphone au 1 800 463-2191 ou par courriel au [email protected].