Terrebonne et Mascouche disent haut et fort : « Non merci aux objets à usage unique »

Non merci aux objets à usage unique

Terrebonne et Mascouche lancent une grande campagne publique de sensibilisation autour du thème Non merci aux objets à usage unique. Celle-ci vise à informer et à conscientiser la population quant aux objectifs de réduction à la source sur lesquels s’appuie le nouveau cadre réglementaire entourant la distribution de ce type d’objets sur le territoire moulinois.

En fait, notre message à nos concitoyennes et concitoyens, c’est qu’à Terrebonne et à Mascouche, nous disons collectivement « Non merci aux objets à usage unique », des objets qui, rappelons-le, ne sont utilisés que quelques minutes et prennent ensuite des centaines d’années à se décomposer. Avec ce non clair et limpide, ce qui est souhaité, c’est d’éviter carrément la création de certains déchets en s’attaquant à l’origine du problème. C’est aussi avec cet objectif de réduction à la source en tête que nous invitons tout un chacun, mon homologue mascouchois et moi inclus, à repenser leurs propres habitudes de consommation.

Mathieu Traversy, maire de Terrebonne

On devrait toujours se demander si on a vraiment besoin d’un produit avant de l’utiliser ou de l’acheter. Les médias rapportaient récemment que les ménages et entreprises du Québec avaient envoyé près de 5,8 millions de tonnes de déchets à l’élimination en 2021. Juste pour les ordures ménagères dans la MRC Les Moulins, on parlait en 2020 d’une moyenne de 315 kg de matières résiduelles enfouies par habitant. Pensez-y, c’est l’équivalent du poids de plus de 100 boules de bowling par personne ! Nous devons agir dès maintenant !

Guillaume Tremblay, maire de Mascouche

Des solutions de remplacement existent

La campagne de communication « Non merci aux objets à usage unique » s’appuie sur de telles statistiques afin de démontrer clairement pourquoi il est important d’agir sans tarder sur la quantité de déchets que nous générons. À travers leurs outils de communication, les deux municipalités ont aussi pour objectif de promouvoir les solutions de remplacement faciles et accessibles aux objets à usage unique. Ainsi, mieux informés, les citoyens seront mieux outillés pour prendre de meilleures décisions au quotidien.

À propos du règlement adopté à l’automne 2022

À la suite d’échanges sur le terrain avec les commerçants concernés, le règlement stipule qu’à partir du 1er mars 2023 :

Une période de transition jusqu’au 1er septembre est accordée aux commerçants moulinois afin de permettre une adaptation de leurs pratiques et l’écoulement de leurs inventaires.

Le changement, ça commence maintenant!

Un soutien fort utile de la part de RECYC-QUÉBEC

En vue d’optimiser la mise en application de leur règlement respectif, Terrebonne et Mascouche bénéficient d’un financement dans le cadre de l’Appel de propositions visant la réduction de l’utilisation de produits à usage unique de RECYC-QUÉBEC.

Du côté de la Ville de Terrebonne, la subvention obtenue pour l’année 2023 est de 100 900 $. La Ville de Mascouche a quant à elle reçu une subvention de 80 500 $ pour 2023. Grâce à ces subventions, l’accompagnement des commerçants moulinois sur le terrain se verra bonifié et la vaste campagne de communication et de sensibilisation pourra être enrichie.

Quelle sera la suite sur le plan de la réglementation?

Tel qu’elles l’avaient précisé dès le début de leur démarche, Terrebonne et Mascouche souhaitent par ailleurs aller plus loin que la simple interdiction de distribution pour certains objets. Ainsi, le cadre réglementaire visant la réduction à la source sera cette année bonifié par un deuxième règlement. Celui-ci s’appuiera sur le principe des écocontributions. Les écocontributions sont des frais peu élevés que l’on ajoute au prix de vente d’un objet à usage unique dont la distribution n’est pas interdite, mais pour lequel il existe des solutions plus écologiques.

Avant d’adopter ce deuxième règlement, les deux municipalités entameront cet hiver des échanges avec les commerçants afin de bien cerner leurs réalités et de proposer des stratégies de mise en oeuvre réalistes et mobilisatrices.