Vers la création d’un parc de conservation métropolitain le long de la rivière des Mille Îles

Photo de groupe des maires des 10 municipalités de la couronne nord

Dix municipalités de la couronne nord s’unissent pour préserver un espace vert de qualité exceptionnelle pour leurs citoyens et protéger leur eau potable

Dix municipalités de la couronne nord s’unissent pour préserver un espace vert de qualité exceptionnelle pour leurs citoyens et protéger leur eau potable.

Les 10 maires et mairesse de Laval, Rosemère, Deux-Montagnes, Boisbriand, Mascouche, Terrebonne, Sainte-Thérèse, Saint-Eustache, Lorraine et Bois-des-Filion se sont engagés dans une déclaration commune, à entreprendre toutes les démarches nécessaires afin d’obtenir un statut officiel pour les 42 kilomètres de milieux naturels qui bordent la rivière des Mille Îles, d’ici 2024. Le parc sera constitué d’une grande mosaïque d’aires protégées, incluant le refuge faunique de la Rivière-des-Mille-Îles, dont le projet d’agrandissement est actuellement à l’étude. Les élus souhaitent que ce territoire devienne un parc de conservation métropolitain. Le gouvernement du Québec a reçu favorablement ce projet de création de parc.

La rivière des Mille Îles est un secteur riche en biodiversité. Il comprend de nombreuses îles et des terrains en berge représentant des milieux naturels variés, qui recèlent une grande diversité d’habitats fauniques. Près d’une centaine de ces espèces sont en situation précaire, notamment en raison des impacts des activités humaines sur leurs habitats. Le gouvernement du Québec est particulièrement heureux de la création de la table de concertation régionale. Elle sera un lieu de réflexion privilégié pour les partenaires locaux afin d’échanger et de collaborer au projet d’agrandissement du refuge faunique de la Rivière-des-Mille-Îles.

Benoit Charette, ministre de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs et ministre responsable de la région des Laurentides

La rivière des Mille Îles est un joyau naturel d’une valeur inestimable pour Laval, et je suis fier que notre gouvernement joue un rôle de premier plan dans la protection de ce secteur d’exception. La création de la Table de concertation du parc de la Rivière-des-Mille-Îles démontre que plus que jamais, nous sommes à l’écoute de la population lavalloise. Je tiens aussi à souligner la mobilisation des municipalités impliquées sans qui ce projet porteur pour la région n’aurait pu voir le jour.

Christopher Skeete, ministre délégué à l’Économie, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval

Le potentiel qu’offre la rivière des Mille Îles en matière de tourisme de nature est considérable pour la région métropolitaine. L’annonce d’aujourd’hui ouvre d’énormes possibilités pour les régions de Laval et de la couronne nord à faire découvrir la rivière aux amoureux de plein air d’ici et d’ailleurs. Notre gouvernement continuera d’être présent aux côtés des municipalités riveraines et de nos partenaires afin de développer une offre d’activités touristiques respectueuses de la nature.

Caroline Proulx, ministre du Tourisme et ministre responsable de la région de Lanaudière

Un pas décisif vers l’atteinte du 30 % de territoires protégés à l’échelle métropolitaine

Plus que jamais, les municipalités de la couronne nord posent des actions fortes pour préserver un joyau de biodiversité unique au Québec. La création souhaitée de ce parc de conservation métropolitain le long de la rivière des Mille Îles pourrait potentiellement couvrir 5 000 hectares de territoire. Le futur parc de conservation métropolitain de la Rivière-des-Mille-Îles serait le plus vaste espace protégé de la grande région de Montréal. Il contribuerait directement à l’atteinte de l’objectif de protection de 30 % du territoire que s’est fixé la Communauté métropolitaine de Montréal d’ici 2030.

Une nouvelle instance créée pour concrétiser la gouvernance et le financement du parc

Les 10 maires et mairesses se sont engagés à créer la Table de concertation régionale de la rivière des Mille Îles en vue d’assurer un financement pérenne du parc et oeuvrer à l’officialisation de son statut. La Table de concertation rassemblera toutes les municipalités riveraines signataires de la déclaration commune et sera présidée par Éco-Nature. Le gouvernement du Québec et la Communauté métropolitaine de Montréal s’engagent à travailler conjointement avec la Table.

La mise sur pied de cette table de concertation est un jalon important dans le processus de création du parc de conservation métropolitain de la Rivière-des-Mille-Îles, qui constitue un maillon essentiel de notre futur réseau de parcs métropolitains. Nous saluons cette initiative des maires et mairesses, qui favorisera à la fois l’accessibilité et la protection de ce milieu riche en biodiversité ainsi que l’atteinte de nos objectifs, et nous leur offrirons tout notre soutien pour mener à bien ce projet.

Massimo Iezzoni, directeur général de la Communauté métropolitaine de Montréal

Citations des parties prenantes de la déclaration

C’est l’un de nos engagements électoraux les plus ambitieux qui se concrétise aujourd’hui. À Laval, c’est non seulement une priorité de protéger les milieux naturels, mais nous souhaitons également les mettre en valeur afin que les citoyens puissent en profiter pleinement. Je suis fier du travail de collaboration qui a été accompli pour connecter ces espaces et les aménager.

Stéphane Boyer, maire de la Ville de Laval et membre du comité exécutif de la CMM

Depuis plus de 20 ans, la Ville de Rosemère appuie la mission d’Éco-Nature soit de protéger, conserver et mettre en valeur prioritairement la rivière des Mille Îles et ses affluents par des gestes concrets. Ce joyau qu’est la rivière des Mille Îles fait déjà parti de l’ADN des Rosemèroises et Rosemèrois et nous sommes fiers de poursuivre sur cette lancée afin d’assurer la pérennité de ces écosystèmes magnifiques et fragiles que sont la rivière et ses berges, et ce au plus grand bonheur des citoyennes et citoyens de toutes les villes riveraines.

Éric Westram, maire de la Ville de Rosemère et préfet de la MRC de Thérèse-De Blainville

En tant que maires et mairesses, nous avons un rôle déterminant à jouer dans la protection de notre biodiversité. La création du parc de la Rivière-des-Mille-Îles comme parc de conservation métropolitain illustre notre volonté à préserver et valoriser nos espaces verts et nos milieux naturels. Ce projet, c’est aussi un legs que nous faisons à nos générations futures qui pourront bénéficier de cette oasis de nature ! 

Mathieu Traversy, maire de Terrebonne

La Ville de Boisbriand est fière de contribuer depuis de nombreuses années à la stratégie d’implantation du refuge faunique et la création du parc de la Rivière-des-Mille-Îles. L’accès aux berges de la rivière, la qualité de l’eau et leur protection sont au coeur de nos préoccupations. Nous partageons les mêmes valeurs que l’ensemble de nos voisins de ce cours d’eau quant à ces atouts autant inestimables que fragiles. Bravo à ces initiatives qui enrichissent année après année, ce patrimoine naturel qui profite à l’ensemble de tous nos citoyens.

Christine Beaudette, mairesse de la Ville de Boisbriand

La création du parc de conservation métropolitain de la Rivière-des-Mille-Îles et la gestion de celui-ci par l’organisme Éco-Nature permettront d’assurer la protection et la mise en valeur de la rivière des Mille Îles pour les générations actuelles et futures. La qualité de l’eau de cette rivière est d’une grande importance pour les Thérésiens et les Thérésiennes puisqu’elle constitue leur source d’eau potable.

Christian Charron, maire de Sainte-Thérèse

La déclaration commune signée aujourd’hui par tous les partenaires engagés dans cette démarche régionale vient confirmer la volonté de tous, de l’importance de mettre en valeur ce joyau naturel, qui se distingue du produit touristique des Laurentides. Dans un contexte de mise en valeur des milieux naturels à travers la CMM, le projet annoncé aujourd’hui constituera une superbe occasion pour nos citoyens de découvrir les trésors cachés de la rivière des Mille Îles.

Pierre Charron, maire de Saint-Eustache et préfet de la MRC de Deux-Montagnes

Les Filionoises et Filionois ont à coeur ce joyau commun qu’est la rivière des Mille Îles. Et à Bois-des-Filion, nous sommes heureux d’être parmi les cosignataires de cette déclaration qui permet d’appuyer moralement ce projet de mise en valeur d’un magnifique milieu naturel tout en maintenant le caractère unique de Bois-des-Filion.

Gilles Blanchette, maire de Bois-des-Filion

En participant à la création du parc de la Rivière-des-Mille-Îles, un des plus grands espaces fauniques protégés de la région, Lorraine agit concrètement pour préserver cet écosystème et sa biodiversité. Prisé par la population, tant comme espace de loisirs que de détente, source d’eau potable importante, ce milieu naturel contribue au bien-être des citoyennes et citoyens. Le protéger est notre responsabilité, un devoir pour les générations futures.

Jean Comtois, maire de Lorraine

Je suis très enchanté par ce partenariat qui permettra d’offrir à la population des milieux de vie encore plus verts et dynamiques, tout en renforçant notre offre récréotouristique respective. D’autant plus que le projet est en parfaite harmonie avec l’aménagement du parc du Centenaire à Deux-Montagnes, dont l’augmentation de l’accessibilité publique à l’eau et la naturalisation de la berge figurent parmi les principaux objectifs.

Denis Martin, maire de Deux-Montagnes

Bien plus qu’un cours d’eau, la rivière des Mille Îles est à la source d’un vaste écosystème qui occupe des fonctions écologiques essentielles et contribue à la biodiversité. À ce chapitre, il était naturel que Mascouche joigne sa voix aux municipalités qui se concertent pour en assurer la protection et la mise en valeur. La création du parc de la Rivière-des-Mille-Îles représentera un leg important pour les générations futures.

Guillaume Tremblay, maire de Mascouche et préfet de la MRC Les Moulins

Depuis près de 40 ans, Éco-Nature met énormément d’efforts à protéger le bien commun qu’est la rivière des Mille Îles, pour l’humain, mais aussi au bénéfice de la faune et de la flore luxuriante présente sur le territoire. L’élan de solidarité envers ce joyau dont nous sommes collectivement responsables nous fait chaud au coeur. C’est avec enthousiasme que nous entamons cette nouvelle ère dans la gouvernance de la Table de concertation de la rivière des Mille Îles.

Christine Métayer, directrice générale d’Éco-Nature | Parc de la Rivière-des-Mille-Îles